mai 68 : la veille du grand soir - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > nos ressources > sélections de la Cité > mai 68 : la veille du grand soir

mai 68 : la veille du grand soir

de Patrick Rotman et Sébastien Vassant (Delcourt)

En mars 1968, la France est traversée par une crise existentielle, notamment les étudiants de Nanterre. En mai, les étudiants de la Sorbonne ont l’espoir qu’un bouleversement radical de l’ordre social existant, anticapitaliste est vital.

La Sorbonne, l’Odéon sont occupés par des milliers de manifestants. Des commissions travaillent à une réforme profonde de la Société, de l’Université. Puis suivront les ouvriers des usines Renault de Boulogne Billancourt. Alors que De Gaulle est ferme, son premier ministre Pompidou est prêt à faire des concessions et pense que les syndicats ouvriers ne se solidariseront pas avec les étudiants ; Chirac, alors secrétaire d’Etat à l’emploi, essaie de négocier avec la CGT. A partir du 20 mai, la grève s’est généralisée, la contestation a gagné tous les secteurs. Le feu est mis à la Bourse. A l’Ortf, les reportages sur les manifestations sont censurés. On assiste à un véritable déchainement de violence : des casseurs, des gens incontrôlables mettent Paris à feu et à sang, des voitures sont brûlées, des arbres et pavés arrachés. Le pays est au bord du chaos, c’est un vrai cataclysme.
Enfin aboutissent les accords de Grenelle. Le Smig sera augmenté de 35 %, les salaires de 10% mais au-delà des revendications matérielles, peut-on croire au Grand Soir, à la Révolution ? Patrick Rotman, étudiant à la Sorbonne, est réaliste ; voulant des réformes sérieuses, il ne souhaite cependant pas que les Communistes prennent le pouvoir.
De Gaulle va s’assurer du concours de l’Armée auprès de l’Officier général Massu. Le 30 mai il prononce une allocution à la radio, annonçant que la France est menacée de dictature, que la République n’abdiquera pas. Le Conseil des ministres dissout les organisations gauchistes, le gouvernement interdit les manifestations. C’est le retour à la normale à la Sorbonne et à l’Odéon. Les Gaullistes triomphent aux élections législatives du 30 juin.
Récit très documenté, et graphiquement de grande qualité. (MM)

acheter le livre de Patrick Rotman et Sébastien Vassant : Mai 68 : la veille du grand soir Delcourt / 24,95 €

voir la disponibilité du livre sur le site de la bibliothèque