l’assassin habite au 21 - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > l’assassin habite au 21

l’assassin habite au 21

ciné répertoire
France - 1942 - 1h24
sorti en France le 7 août 1942
film - film francophone
de

Henri-Georges Clouzot

scénario : Henri-Georges Clouzot
d'après l'oeuvre de : Stanislas-André Steeman
direction de la photographie : Armand Thirard
musique ou chansons : Maurice Yvain
avec : Pierre Fresnay (commissaire Wens / pasteur Robert Lester), Suzy Delair (Mila Malou, la chanteuse, petite amie du commissaire), Jean Tissier (Lalah-Poor, le fakir), Pierre Larquey (Collin, le petit artisan), Noël Roquevert (docteur Théodore Linz, ancien médecin de la coloniale), Odette Talazac (Mme Point, gérante de la pension), Marc Natol (Armand, valet de chambre de la pension de famille), Louis Florencie (commissaire Monet, supérieur de Wens), André Gabriello (Pussot, agent de police), Raymond Bussières (Jean-Baptiste Turlot, le mauvais garçon), Huguette Vivier (Vania, l'infirmière de Kid Robert), Maximilienne (Mlle Cuq, la romancière), Jean Despeaux (Kid Robert, ancien boxeur aveugle), René Génin (Alfred, le clochard qui a gagné à la loterie), Sylvette Saugé (la « poule » du bistrot), René Blancard (Picard, un inspecteur), Marcel Pérès (Ballandieu, un inspecteur), Léon Belières (Christophe, imprésario musical), Lucien Blondeau (Édouard, préfet de police), Antoine Balpêtré (Albert, ministre de l'Intérieur), Léon Larive (le patron du bistrot), Paul Barge (Ernest, garçon du bistrot), Gustave Gallet (directeur de la Police judiciaire), Guy Sloux (Bob Destirac, journaliste assassiné), Maurice Marceau (un type au bistrot), Yves Montand (le type qui cause à Alfred), André Varennes (brigadier de gendarmerie), Henri Vilbert (l'agent qui se fait cracher sur ses chaussures), Maurice Salabert (un agent), Albert Malbert (le chauffeur de taxi), Martial Rèbe (caissier sur le chantier), Géo Forster (agent cycliste), Alfred Greven (agent cycliste), Daniel Gélin (un inspecteur), Évelyne Séjourné (Juliette, la femme de chambre)
séances : semaine du mercredi 1er novembre 2017
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
18:30*
séance spéciale :
* rétrospective "Gaumont et merveilles" - tarif 3,50 €
séances : semaine du mercredi 7 mars 2018
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
14:30

synopsis

Plusieurs crimes sont commis, tous signés d'une même carte de visite au nom de monsieur Durand. Le commissaire Wens, chargé de l'enquête, est averti qu'un cambrioleur a été arrêté, les poches pleines de ces funestes bristols. Le suspect prétend avoir volé ces documents accablants dans une pension de famille, «Les Mimosas», à Montmartre. Wens s'y installe, déguisé en pasteur, et bientôt rejoint par sa maîtresse, Mila Malou, qui a envie de jouer les détectives. Une vieille fille est assassinée et l'un des pensionnaires, Colin, est soupçonné et arrêté. Mais un nouveau meurtre est commis...

notes de production

En 1941, Clouzot est sollicité par Alfred Greven (1), directeur de la Continental (2), maison de production de droit français mais de capital allemand. Les deux hommes s’étaient déjà rencontrés à Berlin, et Greven confie à Clouzot un travail d’adaptation d’un roman policier du belge Stanislas-André Steeman, Six hommes morts (3), lauréat du Grand prix du roman d’aventures en 1931. Réalisé par Georges Lacombe, et renommé Le Dernier des six (4), il met en scène Pierre Fresnay et Suzy Delair dans son premier grand rôle. Le film rencontre le succès, et Clouzot signe un contrat avec la Continental. Il y adapte notamment Les Inconnus dans la maison (5) de Georges Simenon, réalisé par Henri Decoin, expérience qui le convainc de passer lui-même à la mise en scène. Cela tombe bien : Greven souhaite produire une suite au Dernier des six et il estime que l’occasion est belle de confier à son scénariste sa première réalisation, L’Assassin habite au 21...
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Greven
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Continental-Films
(3) https://www.babelio.com/livres/Steeman-Six-hommes-morts/125493
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_des_six
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Inconnus_dans_la_maison_(film)
Rétrospectivement, on peut considérer que L’Assassin habite au 21 initie une sorte de trilogie criminelle et sociale dans la France des années 40, qui sera ensuite complétée magistralement par Le Corbeau (6) puis Quai des orfèvres (7) - avant que Manon (8) ne marque chez le réalisateur une rupture certaine de style. L’intrigue y importe finalement bien moins que l’atmosphère, étrange, sombre et comique à la fois, dans laquelle une culpabilité innombrable se déploie, celle des cauchemars où le danger se cache derrière le familier : la séquence d’ouverture, exemplaire, donne le ton global de l’œuvre : s’y révèlent déjà aussi bien l’importance du décor (ce tripot placé au carrefour des solitudes, débouchant sur une ruelle obscure), l’insolence de la plume (on y reviendra) et l’expressivité du style...
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Corbeau_(film,_1943)
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Quai_des_Orf%C3%A8vres_(film)
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Manon_(film,_1949)
http://www.dvdclassik.com/critique/l-assassin-habite-au-21-clouzot

Dans le roman original de Stanislas-André Steeman, l’action se déroule à Londres et l’enquête est menée par le superintendant Strickland. Cependant, pour son adaptation au cinéma, le romancier et Henri-Georges Clouzot décident de la situer à Paris et l’enquête est menée par le commissaire Wens. Les personnages évoluent dans une petite pension de famille nommée Les Mimosas ayant pour adresse le 21 avenue Junot à Montmartre, dans le 18e arrondissement. Enfin, l’assassin ne signe plus ses forfaits du nom de Mr Smith, mais de Monsieur Durand.

Outre les changements concernant les noms des personnages et leur nombre, l’une des grandes différences avec le roman est que dans ce dernier, les policiers enquêtent de l’extérieur. La seule tentative d’enquêter de l’intérieur a été faite par une tentative de demander à M. Julie de relater ce qu’il voit et entend dans la pension de famille, mais M. Julie est assassiné par le tueur le soir même de son arrivée. Dans le roman, celui qui découvre la vérité n’est pas un policier, mais l’un des suspects et pensionnaire de la pension de famille.

Dès son premier film, Clouzot impose sa vision noire et pessimiste du monde. La tension dramatique va crescendo, jusqu’à l’ultime seconde. La mise en scène est nerveuse. Clouzot offre une galerie de personnages bien typés, aidé en cela par des comédiens talentueux. Mais le cinéaste n’épargne pas pour autant les personnages qu’il croque : les habitants de la pension des Mimosas sont dépeints sans concession et les dialogues sont caustiques et percutants.

Suzy Delair en évoquant son travail avec Clouzot : il savait déjà admirablement faire son métier. (...) tout était préparé d’avance : les colonnes de gauche du scénario avec les dessins... C’était un homme complet. (...) Cela se passait admirablement avec les acteurs, il savait en tirer ce qu’il voulait. Il faut dire la vérité : nous n’avions droit qu’à deux prises, il n’y avait pas de pellicule.

- l’auteur du roman a écrit ce livre à son domicile au Square du Val de la Cambre à Ixelles en Belgique... au numéro 21 !
- le film est réalisé en 1942 sous l’Occupation Allemande. Malgré la censure, le cinéma français est très fertile à cette époque. On compte en effet 78 films réalisés en France cette année là.
- toutes les scènes du film y compris les extérieurs ont été filmées en studio.
- Pierre Fresnay qui incarne l’inspecteur Wens et Suzy Delair qui joue sa petite amie Mila Malou sont en couple lors du tournage du film.
- Suzy Delair, la petite copine farfelue de l’inspecteur Wens, interprète également la chanson du film : je sais bien que tu mens.
- dans le cinéma de Shosanna, dans Inglorious basterds (9), l’affiche du film de L’Assassin habite au 21 est acrochée dans le hall. Un petit clin d’œil de Quentin Tarantino pour ce grand classique du cinéma français.
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film265

A la libération, le film est interdit et Clouzot banni de la profession à vie. Une fronde de cinéastes lui permettra de revenir sur le devant de la scène en 1947 avec Quai des orfèvres (7), qui renoue avec son genre de prédilection, le film noir, aux influences expressionnistes et surtout de Fritz Lang (10). Mais c’est à partir de ce film que se forge sa réputation d’être irascible sur les plateaux.
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film1556
http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/stars/clouzot-critique-florilege-sur-un-cineaste-polemique-144551

Stanislas-André Steeman à l’écran
- 1941
M. Wens en croisière de Georges Jamin
Le Dernier des six de Georges Lacombe
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_des_six
- 1946
L’Ennemi sans visage de Maurice Cammage et Robert-Paul Dagan
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Ennemi_sans_visage
- 1947
Les Atouts de Monsieur Wens de Émile-Georges De Meyst
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Atouts_de_Monsieur_Wens_(film,_1947)
Quai des orfèvres d’Henri-Georges Clouzot (7)
Le Mannequin assassiné de Pierre de Hérain
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mannequin_assassin%C3%A9_(film)
- 1949
Le Furet de Raymond Leboursier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Furet_(film,_1950)
- 1950
Mystère à Shanghaï de Roger Blanc
https://fr.wikipedia.org/wiki/Myst%C3%A8re_%C3%A0_Shanghai
- 1952
Brelan d’as d’Henri Verneuil
https://fr.wikipedia.org/wiki/Brelan_d%27as_(film,_1952)
- 1953
Dortoir des grandes d’Henri Decoin
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dortoir_des_grandes_(film,_1953)
- 1962
Que personne ne sorte d’Yvan Govar
https://fr.wikipedia.org/wiki/Que_personne_ne_sorte
- 1970
L’Ennemi sans visage de Teff Erhat (tv)
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Ennemi_sans_visage_(t%C3%A9l%C3%A9film)
- 1975
Les Grands détectives de Jacques Nahum (tv)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Grands_D%C3%A9tectives
- 1994
Le Charme brumeux du crime de Jacques Bourton (tv)
http://www.programme-television.org/Classic/Le-charme-brumeux-du-crime-4326272/Episode-2-Le-Trajet-de-la-foudre
+ adaptations en bande dessinée par André-Paul Duchâteau
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas-Andr%C3%A9_Steeman

Henri-Georges Clouzot
voir fiche du film L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot
http://www.citebd.org/spip.php?film310

Stanislas-André Steeman
Né à Liège le 23 janvier 1908, décédé à Menton le 15 décembre 1970.
Surnommé le Fregoli du roman policier par Jean Cocteau, ses romans sont principalement publiés dans la collection Le Masque...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas-Andr%C3%A9_Steeman

Armand Thirard
Né le 25 octobre 1899 à Mantes-la-Jolie et décédé le 12 novembre 1973 à Colombes.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Thirard
voir aussi fiche du film Poil de carotte
http://www.citebd.org/spip.php?film485

Maurice Yvain
Né le 12 février 1891 à Paris, décédé le 27 juillet 1965 à Suresnes.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Yvain

Pierre Fresnay
voir fiche du film La Grande illusion
http://www.citebd.org/spip.php?film1221

Suzy Delair
Née Suzanne Delaire le 31 décembre 1917 à Paris.
Avec les disparitions récentes de Gisèle Casadesus et de Danielle Darrieux, elle est à ce jour l’actrice française la plus âgée encore en vie...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Suzy_Delair

Jean Tissier
Né à Paris le 1er avril 1896 et décédé à Granville le 31 mars 1973.
Il partage avec Mireille Balin une précarité de fin de carrière et repose à ses côtés au cimetière de Saint-Ouen...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Tissier

Pierre Larquey
Né Pierre Raphaël Larquey le 10 juillet 1884 à Cénac et décédé le 17 avril 1962 à Maisons-Laffitte.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Larquey

Noël Roquevert
voir fiche du film Un singe en hiver
http://www.citebd.org/spip.php?film1223

Odette Talazac
Née le 6 mai 1883 à Paris où elle est décédée le 29 mars 1948 ;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Odette_Talazac

Marc Natol
http://www.imdb.com/name/nm0622360/

Louis Florencie
Né Louis Jean Baptiste Florencie le 4 décembre 1886 à Paris et décédé le 4 décembre 1951 à Madrid.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Florencie

André Gabriello
Né André Adrien Marie Galopet le 15 octobre 1896 à Paris où il est décédé le 19 mars 1975.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Gabriello

Raymond Bussières
voir fiche du film Le Roi et l’oiseau
http://www.citebd.org/spip.php?film1154

Huguette Vivier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Huguette_Vivier

Maximilienne
Née Henriette Adeline Genty à Paris 1le 28 novembre 1884 et décédée à Nice le 28 août 1978.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maximilienne
voir aussi fiche du film French cancan
http://www.citebd.org/spip.php?film953

Jean Despeaux
Né le 22 octobre 1915 à Paris et décédé le 25 mai 1989.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Despeaux

René Génin
voir fiche du film La Cage aux rossignols
http://www.citebd.org/spip.php?film1916

Sylvette Saugé
http://www.imdb.com/name/nm0766639/

René Blancard
voir fiche du film La Main au collet
http://www.citebd.org/spip.php?film1713

Marcel Pérès
Né Marcel Jean Paul Laurent Farenc le 24 janvier 1898 à Castelsarrasin et décédé le 28 juin 1974 à Châlette-sur-Loing.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_P%C3%A9r%C3%A8s_(acteur)

Léon Belières
Né le 14 décembre 1880 à Paris où il est décédé le 10 janvier 1952.
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Beli%C3%A8res

Lucien Blondeau
Né le 10 mars 1884 à Paris où il est décédé le 11 août 1965.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Blondeau

Antoine Balpêtré
Né le 3 mai 1898 à Lyon, décédé à Paris le 29 mars 1963.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Balp%C3%AAtr%C3%A9

Léon Larive
Né Léon François Larive à Paris le 28 juin 1886 où il est décédé le 20 juillet 1961.
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Larive

Paul Barge
Né le 11 septembre 1941 à Ferryville.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Barge_(1941-_)

Gustave Gallet
Né Gustave Gautier le 7 avril 1875 à Nantes, décédé le 20 novembre 1955 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Gallet

Guy Sloux
http://www.imdb.com/name/nm0806232/

Maurice Marceau
Né Georges Marceau à Paris le 22 avril 1905 et décédé à Clamart le 10 janvier 1979.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Marceau

Yves Montand
voir fiche du film Le Joli mai
http://www.citebd.org/spip.php?film1180

André Varennes
Né André Léon Rathelot le 14 avril 1882 à Châtillon et décédé le 29 février 1972 à Boulogne-Billancourt.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Varennes

Henri Vilbert
Né Henri Miquely, est un acteur français né le 6 avril 1904 à Marseille et décédé le 20 avril 1997 à Cagnes-sur-Mer.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Vilbert_(1904-1997)

Maurice Salabert
Né Maurice Lucien Salabert le 31 janvier 1904 à Paris, décédé le 21 octobre 1966 à Nice.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Salabert

Albert Malbert
Né le 27 février 1914 à Bordeaux et décédé le 10 août 1972 à Bergerac.
http://www.imdb.com/name/nm0539050/

Martial Rèbe
Né Alfred Martial Alexandre Reeb à Sèvres le 4 septembre 1888, décédé à Mont-de-Marsan le 9 février 1978.
http://www.imdb.com/name/nm0753646/

Géo Forster
Né Georges Amédée Forster le 1er décembre 1898 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) où il est décédé le 20 septembre 1968.
https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9o_Forster

Alfred Greven
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Greven

Daniel Gélin
Né le 19 mai 1921 à Angers et décédé le 29 novembre 2002 à Paris.
Jeune premier romantique à ses débuts, son rôle du Dr Mavial dans La Vie est un long fleuve tranquille est inénarrable...
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_vie_est_un_long_fleuve_tranquille

extrait(s) de presse

Télérama - Un régal, qui annonce un chef-d’œuvre à venir, "Le Corbeau".
àVoir-àLire - Gros succès du cinéma français de l’Occupation, ce chef-d’œuvre absolu est sans nul doute l’un des meilleurs films policier de l’époque. Et de loin…
Le Monde - La vision que donne Henri-Georges Clouzot de ses personnages est assez sombre. Le rythme est soutenu, l’humour apporte un contrepoint salvateur. Ces portraits sans complaisance rendent le film impérissable.
Libération - Chez Clouzot, la nature humaine est corrompue mais toujours ingénieuse, c'est pourquoi le réalisateur soi-disant misanthrope fignole avec autant de tendresse l'univers accessoirisé de chacun de ses spécimens.
Dvd fr - Plus de 70 ans après sa sortie dans les salles, la modernité, la fluidité et l’apparente facilité de la narration demeure ahurissante.
A la rencontre du 7ème art - Une entrée en matière réussie pour Henri-Georges Clouzot, avec un film qui captive et nous transforme, le temps d’une séance, en enquêteurs curieux et attentifs.
Vodkaster - A la manière d’Agatha Christie, dans un huis clos jubilatoire et cruel, Clouzot tisse un jeu de pistes trompeur,jusqu'à la vérité finale !
Mon cinéma à moi - Excellente interprétation : Pierre Fresnay retrouve les qualités qui l’ont fait briller dans "Le Dernier des six". Suzy Delair manifeste, plus encore que dans ce premier film, ses dons et son tempérament remarquables de comédienne...